Enjeux et politique de décarbonation chez Viaposte

Share on LinkedIn
Share on Twitter
Share via Email
Carrière

Avec 138 millions de tonnes équivalent CO2 en 2021, le secteur des transports détient le triste palmarès de premier émetteur des Gaz à Effet de Serre (GES) en France. 

À l’occasion de la Semaine de l’Innovation du Transport et de la Logistique (SITL) qui s’est tenue en avril 2023, les ministres de la Transition énergétique, de l’Industrie et des Transports ont fait une annonce retentissante : de nouveaux soutiens financiers vont progressivement voir le jour pour encourager le déploiement de flottes de véhicules peu carbonés

Les acteurs de la filière, accompagnés par l'État, prennent donc un virage écologique en misant sur des prestations de transport plus respectueuses de la planète pour répondre à l’urgence environnementale, avec notamment en tête une politique de décarbonation du transport routier. 

Découvrez avec notre tour d’horizon 2023 le parti pris de Viaposte pour mener ses partenaires transporteurs vers un changement qui laisse entrevoir de belles perspectives pour un avenir plus vert dans le secteur.

La crise énergétique au cœur des enjeux de décarbonation

Contexte et énergies alternatives 

La crise énergétique bat son plein et de nombreux acteurs du transport et de l’industrie s’engagent massivement en faveur de prestations plus en adéquation avec les enjeux environnementaux actuels. 

Dans un objectif d’atteindre la neutralité carbone à horizon 2050, de nombreuses énergies alternatives, dites “énergies vertes”, ont ainsi peu à peu été déployées pour apporter une première réponse écologique.  

Viaposte, entreprise engagée dans la protection de l’environnement, s’est donc logiquement inscrite dans ce changement en dotant les camions et véhicules légers de carburants plus écologiques tels que : 

  • L'hydrogène ;
  • L'électricité ;
  • Les biocarburants ;
  • Le biogaz.

 

Objectifs de Viaposte

L’objectif premier de Viaposte est de mener les transporteurs et partenaires vers le changement en douceur, bousculer les habitudes, mais progressivement ”, explique Anne-Laure Charpenet, directrice de la transition énergétique transport et livraison chez Viaposte.

“Pour mener à bien ce processus de transition, nous misons sur plusieurs outils : des consultations avec le service achat, mais également des communications auprès des transporteurs tant individuelles que collectives, notamment lors de conventions de transport régionales et nationales.

L’intérêt majeur de cette communication est de susciter des initiatives de la part de nos partenaires transports et d’anticiper les réponses aux appels d’offres en ayant une vision claire de nos ressources disponibles en énergies vertes”.

Viaposte a également initié la réflexion sur la construction de nouvelles infrastructures en signant des contrats avec deux énergéticiens spécialisés en Biogaz. Situées à proximité de nos sites, ces infrastructures se répartissent entre Brive, Cestas, Saint Priest, Toulouse ou encore Douvrin. “Entre la fin de l’année 2023 et le premier trimestre 2024, nous avons pour projet de lancer d’autres points d’avitaillement”, ajoute Anne-Laure Charpenet. 

“En outre, nous avons également l’ambition à horizon 2025 de lancer un réseau privé de cuves de biocarburants qui seraient partagées avec nos transporteurs ”.

Décarbonation du transport routier chez Viaposte

Décarbonation chez Viaposte : des premiers chiffres encourageants

“En 2021, 7% des transports d’acheminement routier des entreprises La Poste et Viaposte étaient effectués en gaz naturel. En 2022, nous sommes passés à 1,5% de kilomètre décarboné, puis nous avons doublé ce taux en 2023 pour atteindre plus de 3%. Nous sommes actuellement à fin novembre à 3,16% de kilomètres verts cumulés depuis le début de l’année et 5,84% sur le seul mois de novembre. Nous avons dépassé les objectifs que nous nous sommes fixés donc nous devrions avoir de grandes ambitions pour 2024.” s’enthousiasme Mme Charpenet.

Viaposte mise sur deux énergies principales pour ses liaisons en énergies alternatives : le HVO et le B100 issu du colza français, mais également le biogaz qui regroupe l’essentiel des prestations de transport. Quelques véhicules sont également dotés de l’énergie électrique, mais l’autonomie réduite, le coût et le chargement possible uniquement en dépôt rendent le recours à cette énergie encore minoritaire. “L’hydrogène est quant à lui encore au stade de projet et nous espérons qu’il verra le jour d’ici deux à trois ans !”

L’équipe derrière la systématisation du processus de décarbonation

Arrivée à La Poste en 2017 au sein de la direction industrielle et logistique, puis directrice d’un établissement de distribution, Anne-Laure Charpenet a rapidement pris la tête du service Stratégie Énergies Transport. Aujourd’hui garante d’une expertise technique éprouvée, elle est l’interlocutrice dédiée des acheteurs, directeurs régionaux, transporteurs, mais aussi acteurs publics.

Son rôle ? Fédérer et mobiliser les partenaires autour d’un objectif commun de décarbonation du transport.

Comme elle le reconnaît volontiers, elle n'œuvre pas seule dans ce projet ambitieux tout sauf monotone et peut compter sur une solide équipe de collaborateurs de confiance qui l’assiste au quotidien :  Julien Gautier, Maud Marchand et Wijdane Chakri.

Vous êtes transporteur de marchandises et vous souhaitez rejoindre les équipes Viaposte au service de prestations de transport plus écologiques ?  Prenez contact avec nos experts  et engagez-vous à nos côtés pour l’environnement !

Rendez-vous également sur nos réseaux sociaux

 

Du nouveau

chez VIAPOST !

geiq impact viaposte
programme apollo - Lean management
université viaposte